Véronique Vasse : " Nintendo a déposé une plainte pour contrefaçon de logiciel et de marque. La Police conduit son enquête et poursuit les contrefacteurs. Nous devons respecter la confidentialité des procédures et des enquêtes en cours. La plainte déposée par Nintendo vise uniquement des sociétés commerciales, souvent multinationales, qui font un véritable commerce de ces cartes vendues à des prix exorbitants (la moitié du prix d’une console). Leurs bénéfices sur les ventes de ces produits sont considérables.
Notre action est internationale et nous la préparions depuis quelques semaines. Nous procédons à ce type de poursuite partout où nous jugeons utile de le faire. Sur ce dossier, Nintendo France travaille en collaboration avec la cellule internationale anticontrefaçon de Nintendo basée aux Etats-Unis (Nintendo Of America), qui est très active chaque jour depuis des années, partout dans le monde. Nintendo estime que les dispositifs linkers constituent des contrefaçons à ses droits de propriété intellectuelle, lui causant un lourd préjudice. Donc oui, Nintendo souhaite que la vente de ces produits ne soit pas autorisée et agit pour ce faire."

Source yahoo news

Article précédent sur l'arrêt de vente de linkers en France